Boa Vista
cap-vert.tv | Les îles | Lu 7730 fois
Chaque île du Cap-Vert collectionne les superlatifs et Boa Vista ne déroge évidemment pas à la règle: la plus orientale de l'archipel et donc la plus proche de l'Afrique, l'une des plus vastes, probablement la plus aride (pas de précipitation significative depuis 2003) et... la plus italienne, tant la présence de la communauté établie sur l'île des dunes est importante.

Avec moins de six mille habitants, Boa Vista est aussi l'île avec la plus faible densité démographique: aussi, comment pourrait-on vivre au milieu du désert de Viana, comment survivre sur ces hectares de roches rougeâtres? Difficile aussi d'imaginer que la vie reviendra un jour dans le superbe village abandonné de Curral Velho, au sud de l'île ; et pourtant, avec ses plages magnifiques longues de plusieurs dizaines de kilomètres, Boa Vista attirera bientôt des milliers de touristes dans des complexes hôteliers déjà dessinés et qu'il ne reste plus, pour certains, qu'à construire.

Même Sal Rei, la ville principale, au nord-ouest, s'est depuis longtemps convertie au tourisme ou aux programmes immobiliers. Le port trop petit accueille aujourd'hui de nombreux navires déchargeant chacun leur tour des matériaux de construction ou de l'équipement. Une page se tourne, et tout comme le temps a progressivement effacé le glorieux passé de Boa Vista, on oubliera bientôt les ruines de la forteresse se dressant sur l'îlot face à Sal Rei, celles de l'ancienne briquetterie sur la fabuleuse plage de Chave ou encore l'emblématique épave du cargo espagnol échoué au nord de l'île.

Mais après tout, l'histoire de Boa Vista est faite d'influences étrangères et d'apports extérieurs : longtemps délaissée, ça n'est qu'au 19ème siècle qu'elle commencera réellement à se développer, d'abord sous l'impulsion d'un entrepreneur portugais, puis grâce au commerce du sel exporté vers l'Empire britannique, et enfin quand des familles juives vinrent du Maroc. Elle accueillit même la commission mise en place par les anglais et par les portugais afin d'abolir l'esclavage, sans oublier l'imprimerie qui réalisa le tout premier Bulletin Officiel du Cap-Vert. Un élan économique et politique mis à mal par des épidémies, des attaques de pirates, des famines et surtout par le développement d'autres régions, principalement l'île de São Vicente et son port de Mindelo.

Aujourd'hui comme hier, donc, Boa Vista s'ouvre vers l'extérieur en s'offrant un aéroport international flambant neuf permettant les vols directs depuis l'Italie, l'Angleterre, le Portugal: des touristes pourront ainsi disputer ces plages sensationnelles aux innombrables colonies de tortues venant pondre sur l'île, photographier certaines espèces d'oiseaux endémiques, plonger et découvrir les très nombreuses épaves, profiter du climat chaud et de la douceur de vivre.